TNBC prospère : Tiffany Reed

TNBC Thrivers: Tiffany Reed

    Comme le raconte Tiffany Reed à Margot Adams.

    J'ai reçu un diagnostic de triple négatif en octobre 2020, c'était donc au début de la pandémie, et j'étais en plein milieu de mes études supérieures lorsque je l'ai découvert. En fait, lorsqu’ils m’ont appelé, ils m’ont dit que j’avais un carcinome canalaire invasif. Je n’ai entendu la partie Triple Negative que plus tard.

    J'ai toujours été défenseur du sein. J'ai toujours encouragé d'autres femmes à passer leur mammographie annuelle. J'avais passé des mammographies environ 9 ans avant mon diagnostic, j'ai donc commencé vers l'âge de 39 ans et je l'ai fait parce que ma grand-mère paternelle avait un cancer du sein et je voulais avoir une base et des connaissances, mais [en raison de mes] antécédents dans le domaine de la santé, cela a toujours été mon objectif de toute façon.

    [J'allais faire des études supérieures] en administration des soins de santé et je n'ai réalisé que plus tard [quand je lisais] mes papiers que j'avais un cancer du sein triple négatif. J'avais mentionné au chirurgien qu'il était important que les patients comprennent l'intégralité de leur diagnostic. Vous avez votre type et votre sous-type, et le sous-type est Cancer du sein triple négatif.

    Bien sûr, quand j’ai vu ça, je me suis dit : « Oh mon Dieu, j’ai un cancer du sein triple négatif, ma petite amie est décédée d’un cancer du sein triple négatif. » Cela m'a un peu gâché. En fait, j'ai décidé de changer d'article pour mes études supérieures [pour me concentrer sur] le cancer du sein chez les femmes de couleur, en me concentrant sur les essais cliniques et le cancer du sein triple négatif.

    Je ne sais pas comment ils l'ont trouvé, ce n'est qu'un miracle. C'était vraiment très petit [et] j'ai des seins denses, donc il est difficile de trouver des tumeurs dans des seins denses. Cette radiologue avait une technique qu'elle utilise sur les femmes qui ont des seins denses. Un autre radiologue que j'ai vu l'a appelée et lui a demandé : « Comment avez-vous trouvé cela ?

    Ce fut un choc parce que je suppose que je recevais des [monogrammes] depuis si longtemps et je ne me suis jamais senti nerveux. Pour moi, cela faisait partie de la quarantaine. Cela fait partie de ce que vous faites, vous allez passer vos mammographies. [Donc] quand j'ai découvert, c'était comme : « Oh, snap. » C'était comme "Je n'arrive pas à croire que je vis ça." Heureusement, j'avais beaucoup de soutien familial. Mes professeurs m’ont soutenu. Je n'ai même pas arrêté mes études supérieures parce que j'étais très déterminé à les terminer.

    [Mais, quand] j’ai reçu le diagnostic de cancer, l’enfer s’est déchaîné. Mon mari est tombé malade et il a eu un accident vasculaire cérébral. Ensuite, nous avons dû quitter notre maison pendant trois mois à cause d’une fuite dans notre cuisine. Puis, alors que nous rentrons chez nous, nous découvrons que ma petite-fille a reçu un diagnostic de cancer du côlon de stade trois. Je me dis: "Est-ce vraiment réel, vous vous moquez de moi?" Ensuite, j’ai découvert que je devais subir une hystérectomie, puis que mon mari devait subir une autre intervention chirurgicale. Je viens de reprendre le travail le mois dernier et j'ai maintenant l'impression que nous arrivons à l'autre côté de tout.

    La bonne nouvelle, c'est que je n'ai pas eu besoin de chimio. J'ai fait des radiations. J'ai fait 20 cycles de radiothérapie et lorsque j'ai découvert mon diagnostic, c'était environ 3 jours avant mon 48e anniversaire. J'aurai 51 ans le mois prochain et je serai également survivante du cancer pendant 3 ans le mois prochain. J'ai travaillé partout. J'ai travaillé à temps partiel pendant la radiothérapie mais j'aurais aimé prendre un peu plus de temps. Ainsi, lorsque j'ai subi l'hystérectomie, j'ai littéralement pris les 3 mois entiers même si je n'en avais pas besoin. Je l'ai fait pour ma propre santé mentale. J'ai pris tout le temps pour moi. Je dirais que je suis à 80 % [en ce moment], ce que je ne trouve pas horrible. J'y arrive.

    J'ai fini par obtenir mon diplôme d'études supérieures fin 2021. J'ai reçu un 4.0. Je n'aurais jamais imaginé obtenir un 4.0. Je pense que [les études supérieures] m'ont peut-être fait oublier le cancer tous les jours parce qu'il s'agissait d'un programme accéléré. Vous n'avez pas eu le temps parce que vous êtes trop occupé à rédiger vos papiers. Je pense que cela a vraiment aidé.

    C'était un voyage et c'est toujours un voyage. Le voyage n'est jamais vraiment terminé. Vous faites des choses pour essayer de rester en bonne santé, de rester en bonne santé mentale, et je le fais en [continuant] à faire mes groupes et en continuant à m'impliquer. Je pense que cela me motive. Même lorsque vous avez ces moments où vous êtes déprimé, je leur permets simplement d'être des moments [et] j'essaie de ne pas leur permettre de s'attarder indéfiniment. Quand j'ai atteint la quarantaine, je me disais : « Je ne vais pas organiser de fêtes de pitié trop longtemps parce que cela vous entraîne dans quelque chose d'autre dans lequel vous ne voulez pas participer. »

    J'avais des organisations vraiment formidables qui m'ont vraiment aidé à m'en sortir. J'ai découvert Triple Negative [Breast Cancer Foundation] un peu plus tard [quand je recevais] encore des radiations. C'est une organisation tellement merveilleuse. En fait, j'ai deux organisations qui me tiennent à cœur. Les deux PDG des organisations se connaissent et j'ai découvert Triple Negative grâce à Unite For Her. Je pense que c'est formidable que ces organisations s'associent les unes aux autres parce que j'apprends tellement d'une organisation sur une autre organisation.

    Lorsque [la Fondation TNBC] m'a invité au gala, j'ai pu voir tout le monde. C'était agréable de pouvoir voir certaines des personnes que je vois et avec qui je parle tout le temps en personne. C'était une bonne sensation. J'ai franchi la porte et tout le monde disait "Tiffany!" Ils disaient que c'était comme si j'étais une superstar. L'autre jour, j'ai reçu un appel de Kelly [me demandant de monter sur un zoom où ils m'ont fait savoir que] ils m'avaient nominé pour le Courage Award. C'est un prix qu'ils décernent chaque année et ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère. Ils ne choisissent pas n'importe qui pour ce prix. Ils ont dit : « C'est unanime. »

    Je suis encore impliqué dans beaucoup de choses malgré ce que je vis. Je redonne toujours. Je fais toujours un don. Je suis toujours bénévole. Je suis bénévole depuis mon adolescence. Ça a toujours été dans mon sang de faire ça. Pour moi personnellement, c'est juste un bon sentiment. C'est motivant, c'est encourageant. Cela continue de me donner de l'espoir même lorsque je vis ces moments où je me dis : « C'est la troisième année, je veux juste atteindre cette cinquième année [sans cancer] ».

    Je fais partie des groupes de soutien [un le mardi, un lundi métastatique et un jeudi Thriver] depuis deux ans et demi. Je pense que je n'ai manqué que deux groupes. [Au début] je ne pensais pas en avoir besoin. J’ai une formation en santé mentale et on se dit : « J’ai les outils dont j’ai besoin ». Je m'étais dit « Oh, je ne pense pas avoir besoin du groupe de soutien » et, littéralement deux secondes plus tard, je me suis dit : « Vous pourriez en avoir besoin sans savoir que vous en avez besoin.

    Le problème avec les groupes de soutien, c'est que c'est un espace sûr, ce n'est pas enregistré. Vous pouvez rire, vous pouvez pleurer, vous pouvez maudire, vous pouvez être en colère, vous pouvez être en colère. [Quand j'ai rejoint] les groupes de soutien, aucun de nous ne se connaissait et maintenant nous sommes devenus cette famille. Je fais [les groupes] tous les mois et j'adore ça. C'est mon temps d'absence. Kelly, [animatrice des discussions TNBC Thriver], arrive toujours et veut toujours que tout le monde partage une victoire en premier. Même si vous ne pensez pas avoir gagné… « Je me suis réveillé ce matin », c'est une victoire.