Gucci avec un trou dedans

    Gucci avec un trou dedans.

    Cette phrase est une blague constante que j'ai avec ma fille et désormais partenaire commerciale, Margot Adams. Nous sommes tous les deux coupables d’avoir abusé du consumérisme de la mode au fil des ans. J'étais la reine des bonnes affaires et de la revente de la saison dernière. Margot était la fille de la fast fashion, des dernières tendances à petit budget. Nous avions une blague récurrente lorsqu'elle exhibait fièrement un nouveau haut acheté chez Zara ou Forever 21. Je lui disais que j'aurais eu un haut Gucci pour le même prix. Son retour ? "Gucci avec un trou dedans."

    Je suis heureux de dire que nous réduisons tous les deux notre consumérisme de la mode. J'achète presque exclusivement en revente, aux enchères ou dans des friperies. Margot est heureuse de porter les derniers styles grâce à son abonnement Rent-the-Runway. Ces deux tendances gagnent du terrain dans la société alors que nous essayons tous de réduire, de réutiliser et de recycler dans le secteur de la mode.

    L'autre jour, j'ai sorti un pull Gucci préféré (acheté il y a des années chez Rosa's Closet à East Grand Rapids, Michigan ; et qui fait partie de mon inspiration pour le haut superposé à manches longues et à col en V profond). Quand je l'ai enfilé, j'ai été consterné de voir qu'il y avait un trou à mites dedans !

    J'ai grandi dans la campagne de l'ouest du Michigan. Ma famille était économe, par philosophie et par nécessité. Nous avons acheté peu. Nous avons réutilisé souvent. Nous avons recyclé en réparant et en réutilisant selon les besoins. J'ai été choqué et embarrassé la première fois que j'ai réalisé que j'étais le seul de ma classe de CE2 à avoir « repris » les trous dans ses chaussettes !

    Je ne raccommode plus mes chaussettes, même si je devrais peut-être le faire. Je répare cependant les beaux pulls, manteaux et autres vêtements jetés par d’autres femmes à la mode. Porter des vêtements réparés ne me gêne plus. C'est une fierté et un défi créatif. J'ai rapidement réparé le trou de mon pull Gucci et je l'ai enfilé pour la journée.

    Réduire, Réutiliser, Recycler est certainement un début dans la démarche vers une société plus durable. Mais nous ne devons pas oublier le quatrième R, important : la réparation. Investir un peu de temps et de ressources dans la réparation de ce dont nous disposons pour lui donner une durée de vie plus longue soutiendra nos efforts collectifs plus importants pour réparer notre climat.

    Même si je n'ai pas encore adopté la tendance du « raccommodage visible » de Kate Sekules de visiblemending.com, je garde une aiguille à un fil près ; et j'espère rattraper le retard en matière de réparations pendant l'arrêt du Cornonavirus. Quand je reviendrai dans le monde, je porterai fièrement du Gucci avec un trou dedans.